Beijing!

Bonjour à tous,

Enfin un premier billet écrit de la Chine! Désolé à l’avance pour le manque de structure du texte et surtout bonne lecture!

image
Hutong

Mon premier jour

Je suis arrivée saine et sauve à Beijing! Après 24h de transport, porte à porte, j’ai enfin pu relaxer un peu chez mon hôte avant de commencer à monter mon vélo. Revenons un peu en arrière, dès la sortie de l’avion, il y avait du Chinois partout! Le contrôle aux douanes a été très rapide, la ligne pour les étrangers était courte 😉 Ensuite, première expérience dans un train rapide pour nous amener au terminal des bagages et on s’entasse bien comme il faut pour 5 minutes. Une fois mes bagages ramassés, c’est le temps de faire la file pour un taxi, à mon grand malheur aucun chauffeur de taxi régulier ne veut m’embarquer avec ma boîte de vélo. Je dois donc me rabattre sur un mini-bus après avoir passé de longue minutes à négocier le tarif et finalement on se met en route vers Wangjing.

Disons que c’est toute une aventure la conduite en Chine. Toutes les voitures se précipitent dans le moindre espace libre et les chauffeurs se guident au son des klaxons. Un véritable chaos qui semble néanmoins fonctionner très bien! J’étais bien contente d’être seulement la passagère.

Vue sur la Cité Interdite!
Vue sur la Cité Interdite!

Une fois rendue à destination, comme mon vol est arrivé plus tard que prévu, j’ai été obligée de demander au chauffeur de taxi de contacter mon hôte via WeChat (une application que tous les Chinois ont sur leur téléphone intelligent) pour qu’elle vienne me chercher à la gate. J’ai vécu plusieurs minutes angoissantes et finalement le taxi est parti et je n’avais pas eu de réponses… je me suis dit ça commence bien! Je suis quelque part à Pékin, je ne parle pas la langue et j’ai une grosse boite de vélo à traîner. Finalement après plusieurs longues minutes j’ai vu apparaître Yolanda. Oh yeah! Maintenant il faut monter mes bagages au quatrième étage sans ascenseur!

Elle habite dans un vieil immeuble à appartements avec trois colocs. Sa chambre est grande, elle a une salle de bains pour elle et un lit superposé. On a fait connaissance et on nous sommes allé marcher dans le quartier; ça a fait du bien après la longue journée assise. Son anglais est vraiment bon et elle connaît même un peu de français! Malgré l’heure tardive, j’ai commencé à monter mon vélo, et finalement après un peu de gossage j’ai réussi à tout remettre en place à mon grand bonheur!

Summer Palace
Summer Palace

Après une nuit de sommeil mouvementée et durant laquelle je n’ai pas vraiment dormi, j’étais quand même d’attaque pour visiter la ville. On a pris mon vélo et c’était parti pour la découverte! C’est toute une expérience de circuler dans cette jungle, il faut être alerte, car n’importe quoi peut arriver et chacun semble rouler dans sa bulle sans se soucier des milliers d’autres personnes. Ce qui est vraiment cool à Beijing, c’est que les bandes cyclables sont immenses, mais il y a beaucoup de petites motos ou vélos électriques. Même si les Chinois utilisent beaucoup le vélo, il reste néanmoins qu’il y avait du traffic à 7h30 un dimanche matin. C’est fou! C’est sûr que je ne viendrais jamais vivre ici. Malgré tout, j’ai toujours aimé le challenge de rouler à vélo en ville et de devoir tout anticipé ça rend les choses excitantes!

On a fait notre premier arrêt pour prendre un déjeuner dans un petit resto bondé de monde. J’ai laissé Yolanda me commander la même chose qu’elle, c’est super pratique d’avoir une interprète! J’ai trouvé mon déjeuner so-so avec un bol de liquide sûr de couleur grise qui goûtait ma foi pas très bon et un genre de crêpe graisseuse, je me souviens plus des noms. Par la suite, on a continué notre route pour voir le quartier Sichahai et ses différents hutong (petites ruelles avec plein de bouffe de rue et autres magasins). On a poursuivi vers le parc Jingshan pour avoir une vue splendide sur la Cité Interdite, dans le parc j’ai pu voir un groupe de vieux monsieurs faire du Tai-Chi au son d’une musique traditionnelle.

Beihai Park
Beihai Park

Il commençait à y avoir une foule de plus en plus dense et j’ai perdu de vue Yolanda. Pas facile de reconnaître une Chinoise dans une foule de Chinois. Finalement, encore une fois grâce à la pensée positive (et magique) on s’est retrouvé une demi-heure plus tard. Ouf! Je l’ai échappée belle une fois de plus! Je suis donc allée m’acheter un téléphone cellulaire tout de suite après pour pouvoir rester en contact avec mes hôtes et éviter d’être prise tout le temps au dépourvu. Ça été compliqué parce que je n’ai pas de carte d’identité chinoise et blablabla, mais bon, grâce à Yolanda j’ai eu ce que je voulais. Comme le magasin de téléphone était à côté d’une place fameuse pour le thé, nous nous sommes gâtées avec un petit bol du thé Laoshan. Par la suite, nous sommes allées nous promener dans d’autres hutong et le populaire Dashilar et manger un succulent bol de nouilles épicées, c’était vraiment bon. Ce tour de ville m’a donné un premier bon aperçu de cette immense ville.

Ce fut une première journée bien remplie et à mon retour chez Yolanda, j’ai senti les premiers symptômes d’un rhume.

(Pour faciliter votre lecture et éviter de perdre trop de temps, je vais y aller de façon succincte.

La Grande Muraille
La Grande Muraille

Mon tour de Pékin

Tout est grand, tout est immense ici et c’est noir de monde. Pendant mon séjour à Beijing j’ai visité les principaux attraits touristiques comme le Summer Palace, la Cité Interdite, la place Tian’anmen, le parc Beihai, Olympic Park, la rue commerciale Wanfujing et la rue des bars Dongzhimen.

Le Summer Palace est vraiment immense, on marche autour d’un lac et le paysage est vraiment à couper le souffle. On peut facilement y passer la journée à tout explorer et c’est ce que j’ai fait.

La Cité Interdite est un autre lieu mythique de Beijing et c’est spécial d’y entrer et de visiter. C’est difficile de s’imaginer la grandeur et l’immensité de la chose, il y a trop à voir et beaucoup d’histoire derrière tout cela.

Dans toutes les villes que je visite ce sont les parcs que j’apprécie le plus et à Beijing il y a plusieurs grands espaces verts. Mon favori est le parc Jingshan pour la vue que l’on peut avoir de toute la ville. Le parc Beihai est aussi très beau et mérite de s’y attarder.

image

Après avoir quitté mon hôte je suis allée à l’auberge que j’avais réservé. L’auberge de jeunesse Little’s Mao était super bien située, avec un lit confortable et du personnel serviable quoique la communication pouvait être parfois difficile, mais en se parlant au moyen de signes, d’application de traduction instantané et d’un peu de patience on finit par se comprendre!

La Grande Muraille à Mutianyu

Venir en Chine et ne pas aller à la Grande Muraille de Chine c’est impensable! Après plusieurs recherches sur quelles sections aller voir, comment s’y rendre, etc. j’ai opté pour Mutianyu, ce n’était pas mon premier choix, mais le moins compliqué. Il y a de nombreuses compagnies qui offrent des forfaits clés en main, mais ça coûte cher. J’ai écrit un message sur la page Couchsurfing de Beijing et j’ai réussi à trouver deux gars pour m’accompagner et en attendant l’autobus un autre gars s’est joint à nous. C’est facile de se reconnaître entre touristes, car on est blanc! Un colombien, un néerlandais et un allemand pour partager les coûts de taxi et avoir de la compagnie pour la journée. Tout organisé soi-même est certes plus stressant, mais tellement plus cheap et ça rend l’expérience plus vrai à mon avis.

Olympic Park
Olympic Park

Se rendre à la Muraille est une aventure en soi. D’abord, un tour de bus d’environ 1h30 jusqu’à Huiarou et là dès que l’on a mis le pied en dehors de l’autobus, les chauffeurs de taxi nous harcèlent pour que l’on embarque avec eux. On négocie un peu et on embarque en route pour la Muraille, le chauffeur dépasse par la droite, fait toutes sortes de manoeuvre pour aller vite, bref il conduit à la chinoise! Environ une demi-heure plus tard, nous sommes à l’entrée principale, c’est compliqué réussir à acheter un billet pour la Muraille seulement, sans la gondole ou la luge et la navette. On réussi par se faire comprendre et l’aventure commence, un petit 3km de marche pour se rendre à la base du sentier qui mène à la Muraille, c’est un bon réchauffement. Comme c’est encore les vacances de la Fête nationale, il y a beaucoup de monde.

On monte des escaliers assez apiques pendant plusieurs minutes avant de finalement atteindre la première tour de guet. Ça y est, je marche sur la Muraille. C’est impressionnant et je ne peux pas m’imaginer comment ils ont fait pour construire ça en plein milieu des montagnes et à la main. La section sur laquelle on marche est restaurée et c’est assez facile de s’y déplacer et de prendre des tas de photos. Le défi est de ne pas avoir un million de touristes dans ses photos! On a marché jusqu’à la fin de la section ouverte aux touristes et on a fait nos délinquants (comme plusieurs autres d’ailleurs) et on s’est aventuré dans une section laissée à l’état d’origine.

Tian'anmen square
Tian’anmen square

 

The way I see it

L’un de mes critères d’appréciation d’une grande ville est son niveau de propreté. À Beijing la propreté semble être quelque chose à laquelle tienne les autorités. Il y a partout, partout des Chinois habillés de orange qui balaie et nettoie chaque recoin de cette immense ville.

Si d’un côté la ville est propre, l’hygiène est une notion différente. Les Chinois ne se gênent pas pour cracher partout et ils mangent de la manière la plus efficace possible qui n’est malheureusement pas toujours la plus élégante.

Il n’y a pas de parcomètres à Beijing, ce sont des Chinois qui s’occupe de collecter l’argent. J’imagine qu’il faut fournir de la job à tout le monde.

Le métro est vraiment vaste, propre, très facile à comprendre et surtout très cheap à seulement 2RMB l’aller. Il faut toujours passer la sécurité avant d’y entrer. À ma grande surprise, ce n’est pas si bondé que ça dans le métro, il y a bien sûr eu quelques trajets plus tassés que d’autres.

Toujours en train de nettoyer!
Toujours en train de nettoyer!

Être caucasien (blanc) en Chine c’est une attraction en soi. C’est fou le nombre de Chinois qui me dévisagent par jour, mais on fini par s’y faire et trouver ça drôle. Je pense que ce qui impressionne le plus c’est ma caméra GoPro placée sur une perche pour prendre des selfies, à croire qu’ils n’ont pas ça ic, même si pratiquement tout le monde a un téléphone intelligent. Ce que je n’aime pas c’est que c’est impossible de cacher que tu es touriste et dans certains quartiers les gens te harcèlent pour te vendre leurs affaires et c’est aussi plus facile de se faire avoir.

La nourriture est vraiment délicieuse dans les restos, sur la rue je dois dire qu’il y a certain trucs qui ne m’ont pas l’air appétissant. Je me débrouille assez bien avec les baguettes, mais disons que je ne suis pas encore rendue à l’étape de manger des ailes de poulet avec celles-ci comme mes voisins de table l’autre soir 😉

image

Je prends la route demain et que la vraie aventure commence!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s