Litang à Tiger Leaping Gorge!

J’ai quitté la magnifique province du Sichuan pour entrer dans celle du Yunnan qui promet d’être tout autant spectaculaire, sinon plus!

Jour 42 (15 novembre) = Litang à Xiangcheng (en mini-van)
Altitude 2840m

J’ai eu une très mauvaise nuit de sommeil même si j’avais le dortoir à moi toute seule. Il y avait un chien qui a jappé toute la nuit et même avec mes bouchons, j’avais le sommeil trop léger. Je suis allée m’acheter à déjeuner dans un petit resto sur la route, des bons dumplings et deux bâtonnets de pâte que j’ai mangés au chaud dans ma chambre en emballant mes bagages pour le trajet en mini-van.

image

Je suis donc allée voir Longlife au Peace Hostel pour qu’il m’aide à trouver un chauffeur pour me rendre à Xiangcheng. Bien qu’il y ait un autobus qui passe par Litang, celui-ci part de Kangding et lorsqu’il arrive à Litang, il est souvent plein et avec un vélo, ça aurait été difficile de etrouver de la place. Le mini-van c’est un peu plus cher, mais c’est encore raisonnable, c’est aussi plus confortable et plus rapide.

Il n’y a malheureusement pas de trajet direct entre Litang et Shangri-La. J’ai décidé de faire ce bout en bus parce que je veux voir la province du Yunnan et que mine de rien, le temps file rapidement. Aussi, parce que sur la route il n’y a pas beaucoup de villages et que les nuits sont froides pour camper, surtout que je suis seule, un jour, je me promets de revenir et de finir la route jusqu’à Lhasa et de rouler toutes les montagnes du coin que je n’ai pas pu faire pendant mon trip. Ceci étant dit, j’ai bien hâte de découvrir le Yunnan, la province du printemps éternel!

Longlife n’a eu aucune difficulté à me trouver un chauffeur et j’ai dû attendre que d’autres passagers se manifestent avant que le mini-van prenne la route en fin d’avant-midi. Le chauffeur a attaché mon vélo et toutes mes sacoches sur le toit, les Chinois ont l’habitude de charger de cette manière, alors j’avais confiance que le tout resterait bien en place.

image

Le trajet est d’environ 230km, mais comme la route est montagneuse, il faut normalement compter entre 4 et 5 heures pour rejoindre Xiangcheng. J’étais assise à l’avant pour ne rien manquer du spectacle. Une fois de plus, le paysage était vraiment superbe et je me disais que ç`aurait donc été le fun à rouler, surtout que la route était belle 90% du temps. La très longue descente sinueuse dans la vallée de Maxiogou vaut à elle seule le déplacement.

Mon chauffeur conduisait de plus en plus vite et à la fin il était clairement dangereux en tentant des dépassements risqués dans les virages sur une route étroite. Il sniffait aussi de la poudre couleur sable (je n’y connais rien aux drogues) aux 30 minutes et crachait souvent, disons que j’avais vraiment hâte d’arriver à destination.

Rendue à Xiangcheng, je suis tout de suite allée acheter mon billet d’autobus pour Shangri-La. J’ai été chanceuse, un gars qui parlait un peu anglais traînait autour de la station et a pu me servir d’interprète auprès de la fille à la billetterie. Avec mon billet en main, je me suis trouvée un hôtel près de la gare d’autobus, car le départ était à 6h le lendemain matin.

Je suis allée marcher un peu dans la ville et j’ai rapidement fait le tour, il n’y avait rien de vraiment intéressant à voir. J’ai cherché une épicerie digne de ce nom, mais j’ai finalement été obligée de me rabattre sur un petit magasin pour m’acheter des collations pour le voyage en autobus.

image

J’avais remarqué un restaurant avec des images sur le mur et je m’y suis arrêtée en revenant vers l’hôtel pour manger l’un de mes plats chinois préférés.

En soirée, j’ai relaxé dans ma chambre et j’en ai profité pour me coucher tôt.

Jour 43 (16 novembre) = Xiangcheng à Shangri-La (en bus) (7,2km)
Altitude 3290m

J’étais debout à 5h pour prendre le bus à 6h! J’ai déjeuné dans ma chambre et la madame de l’hôtel est même venue cogner à ma porte pour s’assurer que je sois bien réveillée. Vers 5h30, j’ai pris la direction de la station de bus et j’étais une des premières arrivées. Les chauffeurs de mini-van sont au poste et tentent de me convaincre d’embarquer avec eux. Finalement, vers 5h50, les portes s’ouvrent et on peut accéder à la cour des autobus. Le chauffeur me charge un petit supplément pour embarquer mon vélo, je ne pense pas que c’était nécessaire (obligatoire), mais bon c’était ça ou il laissait mon vélo dans le stationnement!

Le temps de mettre mon vélo et mes sacoches dans les compartiments à bagages, l’autobus s’est rempli de monde. Heureusement, je me suis trouvée une place au milieu de l’autobus à côté d’un gars qui semblait respectueux. On part avec un peu de retard et la route grimpe tout de suite et elle est assez cahoteuse. Comme il fait encore noir, je choisis de dormir.

image

Les deux premières heures, c’était assez calme dans l’autobus et après les gens se sont mis à fumer et à commencer à cracher. Une chance que les fenêtres du bus s’ouvraient et que mes amis fumeurs du planting m’avaient entraînée un peu cet été sinon je serais morte asphyxiée!

On a embarqué du monde au hasard de la route et l’autobus était plus qu’à pleine capacité. Une première pause pipi directement sur le bord de la route après environ trois heures de route, j’avais été prévenue et j’ai limité ma consommation de liquide en conséquence! Le chauffeur a fait une autre pause près d’un hôtel et il y avait des toilettes à peine plus intimes et un petit restaurant. Malgré tout, les huit heures de bus ont passé relativement rapidement.

Le paysage juste avant la descente vers Shangri-La était vraiment beau, mais impossible de capter en images de ma place. Une fois rendue à destination, j’ai remis mes roues de vélo et mes sacoches et je suis partie vers la vieille ville en quête d’une auberge. Une fois rendue, c’était un peu désolant, car une grande partie de celle-ci avait brûlé en janvier dernier et les gens était en train de la reconstruire. Comme les routes sont en pavés (pas trop unis), j’ai poussé mon vélo avant de voir l’affiche de Dengba Hostel et ses prix intéressants.

image

Une fois installée dans le dortoir avec salle de bain privée, je remarque qu’il n’y a pas de pommeau de douche! Eh bien! Je vais devoir attendre avant de me laver.

Comme j’avais prévu de passer seulement une nuit, je suis rapidement sortie faire un tour à pied dans ce qu’il restait de la Old Town. J’ai visité le temple et la plus grande roue de prière du monde et quelques boutiques. J’ai soupé dans un petit resto avant de rentrer me relaxer sous la couverture électrique. Autant le jour la température est confortable, autant le soir venu, ce n’est vraiment pas chaud dehors et dans l’auberge! Il n’y a aucun système de chauffage central.

Jour 44 (17 novembre) = Shangri-La à Baishui Tai (132,1km)
Altitude 2588m
Ascension totale 1642m
Sommet 3700m

J’ai eu une nuit de sommeil ok, les autres filles dans ma chambre ont parlé et laisser la lumière allumée jusqu’à au moins 23h, mais j’étais tellement fatiguée que ça ne m’a pas trop dérangée. J’ai déjeuné dans le hall d’entrée et tenté en vain de trouver les bouilloires qui ont mystérieusement disparu pendant la nuit. Une demi-heure plus tard, la fille de la réception est apparue et semblait aussi troublée que moi, mais finalement elle est allée dans sa réserve et j’ai pu avoir de l’eau chaude pour mon gruau!

image

J’avais préparé mon trajet sur GPS et Google maps et habituellement Google est plus fiable pour me guider vers bonne route, sauf qu’aujourd’hui ce n’était pas le cas! J’ai tourné en rond pendant près de 30km avant de trouver la route que je cherchais et me rendre compte que c’était la route vers laquelle je m’étais dirigée en début de journée, mais qu’un groupe de cycliste chinois m’avait induite en erreur en me donnant de mauvaises indications. Matinée frustrante. A un certain moment, j’ai pensé retourner à l’auberge et tout recommencer le lendemain surtout que l’heure avançait et que j’avais une centaine de kilomètres à parcourir. Comme Shangri-La ne m’inspirait pas vraiment et que je n’aime pas « échouer » j’ai roulé vers Baishui Tai en calculant que j’avais le temps de m’y rendre avant la noirceur.

La route est vallonnée et à environ 25km de Shangri-La, il y a un grand parc national nommé Potatso avec de belles possibilités pour le hiking. Je ne me sens pas si bien sur le vélo et je m’informe pour savoir s’il y a des possibilités d’hébergement avant Baishui Tai, mais il semble que non.

Plus les kilomètres s’accumulent, je me sens un peu mieux et je passe le temps en calculant mon heure d’arrivée potentielle, ma vitesse de croisière, etc. Je suis néanmoins bien contente d’avoir persisté pour rouler cette route, il n’y a pas de trafic, le décor est beau, le revêtement parfait.

image

J’ai franchi deux ou trois vallées différentes ce qui implique une longue montée avant de descendre de l’autre côté et recommencer le manège! Je suis finalement arrivée vers 18h à Baishui Tai et dès mon entrée dans le village, on m’a crié un Hello amical. Quand j’ai vu une pancarte d’hôtel, j’ai appliqué les freins et je suis revenue sur mes pas. J’ai tout de suite eu droit à un bon petit souper, la cuisinière m’a amenée dans la cuisine pour que je choisisse les ingrédients! Je me suis installée sur une table miniature pour manger en observant un petit gars qui semblait fasciner par ma présence et qui après m’a suivie une partie de la soirée.

L’hôtel était de l’autre côté de la rue et je pense que j’étais la seule cliente. J’ai négocié le prix et j’ai obtenu 50% de rabais sur le prix initial sans trop insister hé hé! Ça fait un moment que je n’avais pas eu une chambre aussi confortable, seul bémol l’Internet n’était pas fonctionnel. La dame de l’hôtel m’a accompagnée au dépanneur du coin pour que je m’achète un dessert, j’ai la dent sucrée et ce n’est certainement pas en Chine que je vais faire une overdose de sucre!

De retour à l’hôtel, une bonne douche chaude et je me suis écroulée de fatigue enroulée dans ma couverte chauffante, j’y prends goût à ce petit luxe qui rend les chambres plus agréables. J’ai même profité du deuxième lit pour mettre mes vêtements humides sous les couvertes chauffantes pour éviter l’inconfort du matin!

image

Jour 45 (18 novembre) = Baishui Tai à Tiger Leaping Gorge (72,4km)
Altitude 2063m
Ascension totale 1044m
Sommet 3000m

J’ai dormi comme un petit bébé près de 11h que ça a fait du bien! J’ai déjeuné dans ma chambre, car c’est le plus simple et je doute qu’il y avait des options intéressantes au village.

J’ai roulé deux ou trois kilomètres avant d’arriver au site touristique White Water Terrace. Alors que je « stationnais » mon vélo, un gars m’a approchée et il se trouvait à être un américain vivant maintenant à Kunming. Il est guide à ses heures et accompagnait deux australiennes, je me suis donc jointe à eux pour la visite qui nous a pris environ 1h30 à un rythme assez lent.

image

Le site est petit et bien que ce soit beau, je m’attendais à plus grandiose après avoir vu des photos. Malgré tout, c’est un beau phénomène naturel et la vue sur la vallée en bas vaut son pesant d’or! Les escaliers pour y accéder mériteraient des rénovations, à certains endroits c’était carrément dangereux surtout que l’on paie 30RMB pour l’entrée.

J’ai repris le vélo et continuer là où j’avais laissé hier, c’est-à-dire up and down d’une vallée à l’autre. Les jambes sont ok, mais je sens la fatigue d’hier. À environ 30km de mon objectif final du jour, je commence à recevoir des gouttes de pluie et la température se refroidit. Heureusement, au moment où j’amorce ma descente vers Tiger Leaping Gorge, c’est le gros soleil dans la vallée! La vue que j’ai pendant que je descends est sensationnelle, je pense que c’est la plus belle descente jusqu’à maintenant et la plus sinueuse aussi. J’avais littéralement la route à moi toute seule en ayant croisé moins d’une quinzaine de véhicules sur près de 65km.

image

Une fois en bas, j’ai encore une dizaine de kilomètres à faire le long de la gorge. J’ai hâte d’arriver à l’auberge. Au détour d’un tournant, j’ai vu un cycliste au loin et je me doutais que ce n’était pas un Chinois, car il y avait des sacoches à l’avant du vélo. Finalement, j’ai rejoint en fait deux cyclistes, un tandem de français à la barrière pour acheter les billets pour pouvoir accéder au Tiger Leaping Gorge.

On a roulé ensemble jusqu’à Tina’s Guesthouse où j’avais prévu passer la nuit et profiter du bel après-midi ensoleillé pour relaxer et apprécier la vue. C’était mon jour de chance pour parler français, il y avait des québécois qui partaient prendre le bus pour Shangri-La! J’ai pris une bonne douche et passé le reste de mon après-midi à relaxer au soleil.

En soirée, ça été le fun d’échanger avec Marlène et Olivier qui sont partis de France en juin dernier et qui ont roulé leur bosse vers l’Est depuis. Ce sont les premiers cyclistes occidentaux que je rencontre et d’entendre leur histoire sur leurs expériences en Chine et dans les pays d’Asie du Sud m’a encore plus donné le goût de faire d’autres longs voyages à vélo.

image

Nous avons soupé ensemble à l’auberge et comme le menu était bilingue anglais/mandarin, Marlène et Olivier m’ont partagé leurs trucs pour reconnaître certains mots clés comme riz, nouilles, viande, etc. Ce fut enrichissant et chacun à ses propres repères pour décrypter les symboles chinois!

Dodo assez tard pour moi en sachant que demain je pourrai faire la grasse matinée!

Jour 46 (19 novembre) = Tiger Leaping Gorge (19,4km)
Altitude 1837m
Ascension totale 235m

J’ai bien dormi, mais impossible pour moi de faire la grasse matinée en Chine. Je me suis gâtée avec un Baba au chocolat (c’est un genre de pain Naan), un produit Naxi populaire dans la région en plus du gruau avec bananes et miel. J’ai encore jasé un peu avec Marlène et Olivier pendant qu’ils déjeunaient avant de leur dire au revoir, eux qui poursuivaient leur route en direction du Laos et moi qui prenais un peu de temps pour faire un petit hike.

image

J’ai marché quelques centaines de mètres sur la route avant d’atteindre le sentier qui descend vers la Middle Gorge où j’ai dû payer un frais d’entrée pour emprunter le sentier aménagé. Ça m’a pris une grosse demi-heure pour me rendre en bas complètement. Il ne faut pas avoir peur des hauteurs, car il y a notamment une longue échelle pentue qu’il faut descendre sur le flanc d’un cap de pierre et plusieurs roches jonchent le chemin, disons qu’avec mes souliers de vélo ce n’était pas l’idéal!

Par chance, que j’étais hors-saison, je n’ai pas croisé grand monde. Tout est vraiment pensé pour les touristes avec de nombreux kiosques qui vendent de la nourriture et autres cossins ce qui gâche le décor et commercialise en quelque sorte la nature. J’ai pris plusieurs photos et initialement je voulais faire une boucle, mais plus j’avançais, plus il y avait d’autres « péages » et comme j’avais vu ce que je voulais voir et que payer pour payer, c’est très peu pour moi, je suis revenue sur mes pas. Il faut dire que tout visiteur acquitte déjà 65RMB pour entrer sur le site de Tiger Leaping Gorge et après les gens locaux imposent des péages de 5-15RMB pour franchir tel petit pont, telle section, etc. La montée a été un peu plus éprouvante que la descente et la chaleur s’est mise de la partie.

image

J’ai diné à l’auberge où un gros groupe de français venait d’arriver, décidément c’est une destination populaire pour les francophones! J’ai repris le vélo pour avancer un petit peu et me rendre à l’autre bout de la gorge afin que ma journée de demain soit moins longue.

Majoritairement en descente, les quelques 20km que j’ai franchis étaient fantastiques! Pour la première fois depuis plusieurs semaines, j’ai pu rouler seulement en cuissard et maillot. C’était le retour de l’été! J’ai revu le tandem de cyclistes français et j’ai roulé un autre trois km avec eux avant de les quitter définitivement. Mon arrêt pour la nuit a été l’auberge Jane’s Tibetan Guesthouse.

Une fois installée, je suis allée marcher dans la petite ville de Qiaotou et j’ai effectué quelques achats de bouffe au marché local. J’ai mis à jour le blog que j’ai négligé dernièrement, c’est assez difficile de garder le rythme et d’écrire à chaque jour, mais je tiens à le faire pour pouvoir me relire dans quelques mois, années et me rappeler les bons souvenirs!

image

J’ai soupé à l’auberge, je n’avais pas remarqué de restos intéressants en ville et de toute façon le menu était complet et les prix raisonnables. Un groupe de 7 italiens sont débarqués dans mon dortoir et ils étaient impressionnés par mes aventures. C’était drôle et coloré de les entendre parler entre eux et seulement une femme semblait parler un anglais correct avec un fort accent!

Le compteur est maintenant à 2963,3km, ça monte moins vite ces temps-ci en distance, mais les jambes en ont quand même pour leur argent!

Publicités

Une réflexion sur “Litang à Tiger Leaping Gorge!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s