Taipei à Hualien!

Taïwan c’est vraiment une Chine plus accessible, plus moderne et ouverte sur le monde. En tant qu’Occidentale, c’est aussi beaucoup plus facile d’y communiquer, car les jeunes parlent généralement tous un bon anglais.

Jour 68 (11 décembre) = Taipei à Keelung (110,7km)

Altitude = 0m

Ascension totale 961m

Trop excitée que j’étais, je n’ai pas vraiment dormi de la nuit. J’ai terminé d’assembler le vélo avant de sortir m’acheter à manger à un petit comptoir déjeuner, l’anglais est définitivement plus présent à Taïwan, mais tout le monde est loin de le parler! J’ai réussi à me commander des nouilles que je suis allée manger à l’appartement.

Les prévisions annonçaient de la pluie, mais pour l’instant il fait seulement gris. Une fois le vélo chargé, j’ai pris la route en suivant les indications de mon GPS. Les jambes étaient lourdes et le moral un peu dans les talons. Il m’a fallu environ 40-45km pour enfin laisser derrière moi la mégapole Taipei et atteindre la route 2 qui encercle la partie nord-est de l’île.

Taipei au loin
Taipei au loin
C’est environ au même moment que la pluie s’est mise de la partie. J’ai trouvé refuge dans un 7-Eleven pour manger un peu et décider de mon plan. J’étais plus ou moins décidée à m’arrêter au premier hôtel que je verrais, car je ne m’amusais plus. Je longeais maintenant la mer, c’était vraiment beau, mais les rafales de vent étaient puissantes et la mer se déchaînait. J’avais ciblé la ville de Shimen, mais après la visite du port de pêche, j’ai repris la route avec l’objectif de me rendre à ma destination originale Keelung.

J’avançais au ralenti, j’étais de mauvaise humeur et je commençais à être de plus en plus mouillée et contrairement à ce que je pensais la route n’était pas si plate que prévue. Un peu plus loin, j’ai dépassé un couple de Taïwanais à vélo qui avançaient à pas de tortue et dont le périple semblait drôlement plus difficile que le mien. Disons que cela m’a redonné un peu d’énergie et que j’ai été en mesure de rouler sans m’arrêter jusqu’à ce que complètement transie et affamée, je m’arrête dans un 7-Eleven pour manger une soupe instantanée et une pâtisserie. Je n’étais pas encore arrivée au centre-ville, la nuit tombait, la pluie semblait s’intensifier et je n’avais aucune idée où j’irais dormir.

Petit sentier piétonnier Shimen
Petit sentier piétonnier Shimen
Finalement, après ce qui m’est apparu comme une éternité, je suis arrivée en ville. J’ai roulé lentement en regardant les affichages pour tenter de repérer un hôtel ou une auberge de jeunesse sans trop de succès. J’avais lu sur plusieurs blogs que les postes de police étaient une ressource particulièrement utile aux cyclotouristes à Taïwan. Dès que j’ai vu l’enseigne du poste de police, je suis rentrée toute mouillée et dans un sale état pour demander de m’indiquer une place respectant mon budget pour dormir. L’officier ne parlait pas anglais, mais il a fait appel à une jeune policière et j’ai eu droit à une escorte vers un hôtel. L’hôtel était plus cher que j’aurais voulu et il n’y avait pas de Wifi, j’ai insisté pour négocier et on a trouvé un autre hôtel près de la gare dans les mêmes prix, mais cette fois avec le Wifi. La policière m’a ouvert la voie sur son scooter et moi je devais pédaler assez vite pour ne pas la perdre de vue dans la marée de scooters dans les rues de Keelung!

C’était une famille qui s’occupait de l’hôtel et les femmes ont été très gentilles avec moi s’offrant même de faire mon lavage pour que je puisse avoir des vêtements propres et sec pour le lendemain qui s’annonçait tout aussi mouillé. Ma chambre était minuscule, mais au moins la salle de bain était correcte et il y avait de l’eau chaude en masse pour me permettre de relaxer un peu de ma journée assez éprouvante sur le vélo.

En début de soirée, j’ai marché jusqu’au Miaokou Night Market, l’un des plus célèbres à Taïwan. Il y avait des dizaines de kiosques différents et je me suis commandé à manger à quelques uns d’entre eux. La nourriture était excellente et abordable. Malgré la pluie, j’ai adoré me promener dans ce Night Market.

À mon retour à l’hôtel, ça n’a pas pris longtemps que je suis tombée dans les bras de Morphée!

DCIM100GOPRO

Jour 69 (12 décembre) = Keelung à Wai’ao (86,7km)

Altitude = 0m

Ascension totale = 614m

Je me suis réveillée au son d’une pluie forte, avec la seule envie de rester sous mes couvertes et dormir pour les 10 prochains jours. Je serais bien restée couchée toute la journée, mais de un, l’hôtel était un peu cher et de deux il me restait à peine une semaine à mon voyage. J’ai finalement mis le pied dehors et bien qu’il pleuvait assez fort, c’était moins pire que je pensais. Pour me motiver, j’ai pensé aux jours de planting sous la flotte, une stratégie plus ou moins convaincante.

Je me suis acheté une crêpe style Taiwan dans la rue pour déjeuner et une boisson dans le 7-Eleven à côté avant de regagner ma chambre pour paresser un peu et trouver l’énergie pour reprendre la route. Les dames à l’accueil avaient presque pitié de moi quand je préparais mes sacoches dans le hall d’entrée, ça m’a donné le petit coup de pied au cul que j’avais besoin pour partir!

Plutôt inusité comme panneau routier!
Plutôt inusité comme panneau routier!
Au bout du compte, j’ai révisé ma destination pour aller moins loin en tenant compte de la météo et surtout de ma fatigue. Ça été une autre journée difficile sur le vélo, je n’avais pas d’énergie et je me sentais amorphe, mais au moins j’ai été relativement épargnée avec une pluie intermittente.

À partir de Fulong, il y avait une belle piste cyclable qui longeait la mer durant une vingtaine de kilomètres, j’ai vu plusieurs groupes de pêcheurs et je me disais que ça devait être vraiment très beau lorsqu’il fait soleil et un peu plus chaud.

Fidèle à mes habitudes, je me suis acheté à manger au 7-Eleven. Une bonne soupe pour me réchauffer et un peu de sucre pour aider le mental à terminer la journée dans les rafales de vent. Pour le paysage, c’est difficile à battre que de rouler en bordure de mer, mais maudit que je déteste le vent!

J’ai roulé jusqu’à Toucheng, car il devait y avoir une auberge de jeunesse selon les Internets… sauf qu’elle n’existait plus, si elle a déjà un jour existé. Bref, je suis allée voir au poste de police pour avoir des informations sur une place où dormir dans le coin. Après quelques appels, ils m’ont dirigée vers le Rising Sun Surf Inn à une dizaine de minutes de vélo dans la direction d’où je venais d’arriver. J’ai fait un arrêt à l’épicerie pour ramasser quelques essentiels, car l’auberge est un peu loin de tout.

DCIM100GOPRO

En roulant j’avais remarqué plusieurs magasins de surf, mais tout avait l’air fermé. Finalement, j’ai été accueillie par le propriétaire, un Californien et le style décontracté m’a tout de suite plu. Située face à la mer, je me promets d’y retourner un jour pour faire du surf quand la mer sera chaude!

J’ai passé le reste de l’après-midi à écouter un film et à jaser avec les deux autres clients de l’auberge. Pour souper, le gérant, un Belge flamand nous a proposé d’aller en ville avec la caravane de surf à l’un des restos typiques de Taïwan.

À notre retour, nous sommes arrêtés à un petit magasin avec des lumières qui flashent, il y a en partout à Taïwan et ça me fait penser aux kiosques des Amérindiens près des réserves. Le but était d’acheter les fameuses Betel nuts que les Taïwainais chiquent tout le temps et partout. Au premier essai, c’était franchement dégueulasse et on a tous vite recraché. J’ai essayé une deuxième fois en accompagnant ma Bethel nut de bière et j’ai chiqué pendant un bon 10 minutes, le temps d’avoir les dents toutes rouges et la bouche un peu pâteuse. Je n’ai par contre pas eu de high ni de sentiment de chaleur.

J’ai donc passé une agréable soirée avec un surfeur suédois, un représentant Sram du Colorado, on a bien mangé et bien bu!

 

Bethel nut c'est meilleur avec de la bière
Bethel nut c’est meilleur avec de la bière
Jour 70 (13 décembre) = Wai’ao à Nana’o (68,5km)

Altitude = 15m

Ascension totale = 731m

J’ai salué les gens de l’auberge après un bon déjeuner et j’ai mis cap vers le Sud. Je suis retournée à l’épicerie pour prendre quelques provisions, car je prévois faire du camping cette nuit.

J’ai roulé environ 35km sur la 2 jusqu’au port de Su’ao. La route était plate et il n’y avait pas trop de vent ce qui faisait bien mon affaire. J’avais hâte d’arriver sur la highway 9 mieux connue sous le nom de Su-Hua Highway reliant Su’ao à Hualien, une route réputée dangereuse, mais avec un paysage à couper le souffle. Le ciel était encore gris et l’air chargé d’humidité. Une montée de 5-6km m’a fait suer à souhait. Le moral était ok, mais quand trois dames m’ont donné deux oranges, une bouteille pleine de noix et un savon j’étais super contente, ça a fait ma journée!

IMG_5042

Par la suite, il y avait une belle et longue descente avec de beaux points de vue sur la mer. J’ai pris une pause pour dîner à Dongao, mon objectif du jour n’était pas très loin. Une dernière montée de 4km environ et superbe descente jusqu’à Nana’o lors de laquelle j’ai croisé un groupe de cyclistes du dimanche en sens inverse et tout le monde m’a saluée, les gens sont heureux de voir d’autres cyclistes.

Su-Hua Highway
Su-Hua Highway, les glissements de terrain sont fréquents
J’ai dépassé la petite ville de Nan-Ao pour rejoindre le camping Nan-Ao recreation farm. Un endroit gratuit en pleine nature et somme toute assez calme. Je me suis installée dans un endroit tranquille et j’ai fait la sieste. Je ne roule pourtant pas beaucoup et je suis brûlée par mes journées. Au moins, aujourd’hui, je n’ai pas eu le stress de me trouver une place ou dormir, car le plan initial était le bon! Il fallait bien je dorme au moins une fois dans ma tente après l’avoir traînée depuis le tout début!

En soirée, j’ai mangé un repas très basique et j’ai profité du vent chaud pour me reposer dans ma tente.

Camping!
Camping!
Jour 71 (14 décembre) = Nana’o à Hualien (83km)

Altitude = 33m

Ascension totale = 670m

J’ai déjeuné sans me presser dans ma tente avec les provisions que j’avais sous la main. Je ne dors jamais super bien en camping et cette nuit n’a pas fait exception. Je me sentais donc encore plus fatiguée, vidée, endormie, amorphe et déprimée que les jours précédents. J’ai emballé mes affaires sous l’oeil attentif d’une dame qui épiait le moindre de mes gestes depuis mon réveil. Je n’ose point imaginer la vie des stars!

Après seulement 500m, je voulais déjà prendre une pause. Les quelques grains de pluie qui tombaient n’ont pas aidé ma cause. J’ai donc mis au point une stratégie pour tenter de déjouer mon mental et mes idées noires. Elle consistait à rouler des tranches de cinq kilomètres avant de prendre une petite pause. Faut dire que ma journée commençait avec une bonne longue montée et que c’est grâce à ma stratégie que j’ai réussi à passer au travers de la journée sans pleurer assise sur le bord de la route!

Mer et montagnes = j'adore!
Mer et montagnes = j’adore!
J’ai continué mon périple sur la Su-Hua Highway, qui malgré son étroitesse, offre des points de vue tout simplement divins, et ce, même si la météo ne collabore pas. Je n’avais pas trop la tête ou l’envie de parler avec les gens, sauf qu’aujourd’hui on aurait dit que la terre entière voulait s’entretenir avec moi. Ici, à Taïwan, les gens adorent les cyclistes et je pense encore plus ceux qui s’aventurent sur la Su-Hua. Alors vous pouvez être certains qu’une jeune femme avec un vélo ultra chargé roulant seule, ça attire les regards et les questions!

Je suis bien contente d’avoir roulé tout le segment sur la Su-Hua Highway et le trafic n’était pas si pire que ça. Je ne me suis jamais sentie bousculée par les automobilistes. Il y a plusieurs points de vue qui sont des attractions touristiques dans la dernière longue descente vers l’entrée officielle du Takoro National Park et j’ai pris le temps de m’arrêter pour capter quelques images.

Les Taïwanais adorent les cyclistes
Les Taïwanais adorent les cyclistes
Mon plan initial était de dormir à l’auberge de jeunesse tout près de l’entrée du Takoro National Park, un bijou naturel de Taïwan. Comme cela semble le cas depuis mon arrivée à Taïwan, le plan A n’a pas fonctionné, car l’auberge était fermée pour la journée. J’ai néanmoins pu profiter d’une connexion wifi à proximité pour trouver une auberge dans la ville de Hualien. J’ai enfilé un spaghetti au 7-Eleven avant de reprendre la route pour franchir la vingtaine de kilomètres qui me séparaient d’un lit. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’avais le pressentiment que ce serait tout en descente. Et ce fut le cas!

Il y a deux chemins pour se rendre à Hualien et j’ai quitté la grande route pour opter pour celui bord de mer. Il y a une superbe piste cyclable d’aménagée, je vous ai déjà dit que Taïwan est le paradis des cyclistes! Je suis allée à l’auberge Amigos dont j’avais entendu des bons commentaires, c’était très tranquille. J’ai pris une bonne et longue douche chaude avant de passer l’après-midi dans les sofas sur la terrasse de l’auberge en buvant du thé! Ça m’a fait du bien de relaxer.

Usine à dumplings
Usine à dumplings
En soirée, j’ai mangé d’excellents dumplings au petit Night Market au centre-ville, l’attente et la marche pour m’y rendre valaient absolument la peine. Ce qui est spécial à Taïwan, c’est qu’il n’y a aucune poubelle dans les aires publiques, les rues piétonnes, etc. Pas très pratique, mais les villes sont quand même toutes très propres et un camion à ordures avec une petite musique passe plusieurs fois par jour et les commerçants y jettent leurs déchets.

De retour à l’auberge, le gars (un Chinois) dans le même dortoir que moi paniquait littéralement avec les moustiques. Quand je suis revenue dans la chambre, il avait installé un filet autour de son lit et mis des serviettes pour la fente sous la porte. Eh bien! C’est probablement l’une des auberges parmi les plus propres de tout mon voyage et je n’ai aperçu aucun moustique!

Petit train va loin et dans mon cas 4330,5km depuis mon départ de Beijing.

Publicités

Une réflexion sur “Taipei à Hualien!

  1. Doris Larkin dit :

    Merci,toujours aussi intéressant.Hier suis allée voir Le Promeneur d’oiseau,production Chine France,très beau film et très belle histoire.C’est à voir.

    Envoyé de moniPad

    >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s