Guide en tandem, quelle première expérience!

Comme première expérience comme guide, j’ai eu une superbe opportunité de guider une dame aveugle de 80 ans. Voici le récit de cette semaine pas comme les autres!

Étonnamment pour ce premier contrat, je n’étais pas vraiment stressée même si je me lançais dans l’inconnu. C’est donc à l’aéroport de Québec, que j’ai fait la connaissance de Silvia et de son chien guide Garnet, tous deux de New York. Très sympatique et en forme pour son âge la madame, vraiment inspirante. Son chien Garnet, une femelle berger allemand avait un certain caractère (c’est pourquoi, entre autres, il n’y a pas beaucoup de chiens-guide de cette race! ) et un petit côté délinquant. 


J’avais fait quelques recherches sur comment accompagner une personne aveugle, mais il n’y a rien comme la vraie vie pour apprendre. C’est donc accroché à mon bras gauche en sandwich avec le chien et moi que Silvia a passé la semaine. Laissez-moi vous dire qu’un tel trio ne passe pas inaperçu! Surtout pas pendant le Festival d’été de Québec, dans les rues bondées de monde.

Le premier après-midi et soirée a été agréable avec la visite du Vieux-Québec. Silvia est une psychologue à la retraite qui a beaucoup voyagé et ne c’est jamais empêché de faire quoi que ce soit, malgré le fait qu’elle soit née légalement aveugle. De nombreux voyages à vélo, du parapente, de ski alpin, du hiking, de la voile et bien d’autres. La conversation était facile et mon malaise ou inconfort de bien gérer son handicap a vite disparu.  
Parler, parler et encore parler. Décrire les obstacles, le décor qui nous entoure, expliquer les bruits ambiants avec les bons mots et en anglais est une tâche ardue qui demande une concentration de tous les instants. Des directives précises sont nécessaires pour éviter les accidents. Essayer de faire vivre ce qui nous entoure par les mots est plus difficile qu’on ne le pense.


La semaine précédente, je m’étais pratiquée un deux heures avec un ami à la conduite d’un tandem, question de connaître le feeling. Avec cette expérience en poche, mon niveau de stress était gérable et je savais que j’étais capable de conduire de façon sécuritaire une dame aveugle.

Le défi de la semaine pour Silvia était d’embarquer sur le tandem, la barre transversale était assez haute et malgré sa forme impressionnante, à 80 ans on est plus aussi souple! Par contre, une fois sur le vélo, c’était facile de se coordonner avec un simple Ready? -Yes et c’est parti! Le premier 100m a été nécessaire pour m’ajuster et surtout m’assurer que tout le groupe suivait derrière, car c’était moi qui montrait le chemin. La descente de la côte Gilmour (longue et pentue pour ceux qui ne connaissent pas) a bien été et par la suite j’ai pu relaxer sachant qu’il n’y avait pas d’autres sections techniques à venir.


La semaine c’est très bien déroulée, j’ai eu droit à quelques leçons de vie de la part de Silvia si bien que parfois j’avais l’impression d’être avec l’une de mes grand-mère! Sa philosophie de vie simple est inspirante, il faut profiter de la vie.

On m’avait avertie qu’elle ne poussait pas beaucoup sur les pédales, mais comme le circuit était majoritairement plat avec le vent de dos, vive la 132, j’avais juste l’impression d’être sur mon vélo de cyclotourisme chargé! Il y a bien eu l’avant-dernière journée, après avoir fait la première moitié dans la voiture, car elle était fatiguée, qui a été pénible pour moi. J’avais les jambes collées sur un faux-plat montant et avec la sensation d’être tirée par l’arrière, Heureusement que ça n’a pas trop duré. J’ai aussi eu une bonne frousse en négociant mal un virage à 90 degrés au bas d’une descente pour prendre la piste cyclable, ma pédale droite a accroché le sol sans conséquence, une chute aurait été dramatique. On a eu une crevaison alors que l’on roulait vent de face juste avant le diner avec comme conséquence un pneu fini avec un gros trou. C’était facile pour moi de savoir quand Silvia était fatiguée, ses pieds quittaient les pédales ce qui me forçait à arrêter de pédaler (roue libre comme les fixies). Disons que les deux derniers jours, ça se produisait au bas de montées, à pratiquement chaque changement de vitesse et moi pendant ce temps-là je perdais mon ère d’aller et un petit peu de ma bonne humeur.


Il y a eu quelques moments cocasses, comme la fois en haut d’une courte montée très pentue que nous avons réussi à monter de justesse, un jeune homme de la construction a encouragé Silvia, car à son âge elle le méritait pas comme moi! Ou encore, dans une zone de construction, elle saluait tout le monde sans me le dire et les gens nous dévisageaient! Il faut dire qu’on était un duo plutôt spécial! 

Garnet et son attachement à Silvia, c’était litéralement la crise à chaque fois que l’on partait en vélo le matin et après le lunch. La relation entre le chien-guide et sa maîtresse est particulière, c’est le moins que l’on puisse dire.


Mon moment le plus challengeant a été une petite randonnée que nous avons fait pour aller voir des chutes. En vélo, c’est facile de guider, car le pilote est en contrôle, mais à pied la personne aveugle se fie à 100% aux directives reçues. Surface inégale, beaucoup de marches jamais de la même hauteur, un bon dénivelé ont rendu l’expérience des plus intéressantes. Savoir repousser les limites tout en étant sécuritaire, voilà ce à quoi sert un guide et la fierté de Silvia était communicative.

Outre le vélo, il y a eu tous les superbes hôtels chacun avec ses particularités et ses défis pour une personne aveugle. Elle vit toujours seule dans son appartement à New York, si bien qu’après avoir fait une reconnaissance des lieux, elle était en mesure de passer la nuit seule avec Garnet. Je m’arrangeais avec la réception pour qu’un membre du personnel l’escorte au déjeuner le lendemain.

Un soir au milieu de la semaine, au retour d’un souper alors que je l’escortais à sa chambre, la dame à la réception dans un anglais médiocre ne pouvait pas concevoir qu’elle allait être seule pour la nuit et le déjeuner le lendemain, le chien-guide semblait aussi causer problème. Après avoir argumenté pendant quelques minutes sans que ça ne mène à rien. La dame a donné un bouton panique à Silvia ce qui la rassurerait. Bref, les gens imposent des limites qui n’existent que dans leur tête et non dans la réalité. Vaut mieux en rigoler, alors j’ai dit à Silvia d’actionner le bouton en pleine nuit avec comme demande spéciale une coupe de vin rouge ce qui l’a fait bien rire!  


Tout au long de la semaine, de succulents repas nous attendaient soir après soir. Si bien que j’ai développé une certaine expertise dans la traduction de menu et la présentation orale de ceux-ci. Ouf, certains descriptifs lyriques m’ont donné du fil à retordre! Passer trois heures et plus à table chaque soir à manger 4-5 services, le vélo du lendemain est nécessaire pour digérer le tout.

La dynamique avec les autres membres du voyage était bonne et malgré le fait que j’étais assignée avec Silvia, j’ai pu discuter avec les autres et apporter ma touche au voyage. 
Que dire de la météo plus que parfaite et des couchers de soleil divins que la région de Kamouraska nous a offert. Il y a pire que ça dans la vie!


 Les deux autres guides (Luke et Brin) ont été simplement les meilleurs pour m’intégrer aux façons de faire de Freewheeling et me partager tous leurs trucs et conseils tout au long de la semaine.

Je suis contente d’avoir fait une semaine en tandem, mais je me suis rendue compte à quel point j’aimais ma liberté et mon indépendance à vélo. Une première semaine qui m’a vraiment forcée à travailler sur mes points faibles comme guide. J’ai adoré ma semaine!

Une réflexion sur “Guide en tandem, quelle première expérience!

  1. Doris Larkin dit :

    Bravo Stéphanie!C’est une expérience vraiment extra-ordinaire pour débuter ta carrière de guide.

    Envoyé de moniPad

    >

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s